AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Test Chrome

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Victoria

Depuis mon arrivée à Paris le : 19/09/2016 , j'ai posté : 58

MessageSujet: Test Chrome Mar 20 Sep - 13:31


PASSEPORT
.
.
.

Identity
" />


credit to nineties.

Nom(s) de Famille : Berrehar
Prénom : Léonor
Âge : 25
Statut : célibataire
Métier : Etudiante
Nationalité : Français(e)

Je suis génialement

    dépressive; instable; trop lucide; secrète; avare de sentiments; possessive; doucement dingue; excessive en toutes choses; cynique; malsaine; sans artifices; pure; fragile; malheureuse.

Je suis salement :

    dépressive; instable; trop lucide; secrète; avare de sentiments; possessive; doucement dingue; excessive en toutes choses; cynique; malsaine; sans artifices; pure; fragile; malheureuse.



Mon histoire : La vieille baignoire de mon ancien appartement était perchée sur les pattes menaçantes d'une créature ambiguë. Ce jour-là, Brock se vautrait dans une mousse de savon déjà vieille d'une heure, rajoutant de l'eau chaude de temps à autre et s'immergeant jusqu'au cou dès qu'elle percevait un courant d'air. Je me rappelle que l'éclat de sa peau foncée contrastait avec la blancheur de l'émail. Alors, comme ça, tu reviens sans prévenir, et tu n'as rien à me raconter? Elle avait secoué un peu de savon qui s'était déposé sur son nez. C'est chiant. Il n'y a rien de plus ennuyeux que quelqu'un qui a beaucoup voyagé. Il y a une sorte d'énorme capacité de destruction dans le discours sur le voyage. Je ne préfère pas. J'avais haussé les épaules. Brock est comme ça, une fille qui n'a jamais eu le sens des nuances, une fille d'un seul bloc, chaude et brutale d'une façon nouvelle, flattant les instincts les plus vils, regorgeant de frissons terroristes, pleine de terreurs primales, et pourtant toujours terriblement impériale, la force tranquille. Presque comme une héroïne stérile derrière un écran de pétrole grumeleux: ses yeux noirs, infinis. Elle mène une vie dispersée et ne voit aucun intérêt de rentrer dans les détails. A ses yeux, il est suffisant de décliner sa vie en titres de chapitres, en-têtes et préfaces choisis. Son passé est tel que cela fait l'affaire. Quand je l'ai rencontrée en Californie, elle venait de passer plusieurs mois en Colombie. Tout ce que je sais de ce voyage se résume à l'étonnante facilité de se procurer de la cocaïne. Quelques semaines plus tard, elle partait pour l'Inde; à son retour, elle s'était mise à répéter "c'est une terre de contrastes, j'avais besoin de contrastes", sans précisions supplémentaires. Ce jour-là, elle revenait d'Ukraine, et ne semblait toujours pas disposée à en dire davantage. Brock, c'est ce genre de fille qui donne très peu et prend tout, une cannibale affective, doucement dingue, comme le sont parfois les gens tranquilles et intégrés. Je ne sais pas trop ce que recherchions alors l'un chez l'autre. Nous nous voyions peu. Peut-être nous suffisait-il d'aller et venir: nous étions chacun le mouvement et le repos de l'autre, j'imagine.
Ce jour-là, j'avais décidé de la rejoindre dans la baignoire, sans enlever mes habits. On s'était éclaboussés un moment, mais ce n'est pas le genre de choses qui amuse bien longtemps. Elle était fatiguée, alors elle s'était levée et s'était posée sur le lit. Ce devait être la fin de l'après-midi. Quand elle était là, je n'étais jamais sûr de l'heure. Seul, je vivais dans l'urgence des minutes et du temps qui file. Avec elle, plus rien de tout cela ne comptait, elle venait et amenait le désordre qu'elle tenait en laisse comme un chien. On était restés plusieurs jours au lit, ne nous levant que par nécessité. Le lit devint peu à peu un abri à l'intérieur de la chambre, et la chambre à l'intérieur de L.A. Rien ne nous retenait là, et pourtant on y restait immergés entre le désir et la conversation. On vivait au lit comme certains vieux couples se balancent sur la véranda, sans hâte ni besoin, satisfaits de nous incorporer progressivement dans le matelas, les couvertures, les oreillers. Brock parlait énormément; c'est ce genre de personne qui a toujours des tas d'anecdotes intéressantes à raconter. A part sur ses voyages. J'imagine qu'ils représentent quelque chose de particulier pour elle. Je l'écoutais. Ses monologues les plus complexes formaient un escalier en colimaçon dépourvu de dernière marche et s'achevant sur un simple coin de ciel. A d'autres moments, elle sombrait dans des états d'âme silencieux d'une insondable morosité. Elle n'avait jamais l'air en paix. Il y avait des moments, certaines expressions de son visage, où je pouvais voir exactement l'air joyeux qu'elle avait à l'âge de dix ans. D'autres, au contraire, où elle était soudain en colère et comme véritablement elle-même dans ce calme féroce. Souvent, elle grimpait sur moi et on faisait l'amour avec toute la force que l'on pouvait rassembler, résolus jusqu'à un nouvel extrême pour les sens et l'esprit. Son corps était chaud, réagissant immédiatement, un corps qui levait comme du pain, les reins tendus, une langue dans mon cou, des doigts le long de ma colonne vertébrale, et c'est un art que nous cherchions à façonner, piston et coulisse, les corps que nous étions et le danger dont nous avions besoin, celui d'exhumer nos insuffisances respectives. Les jours passaient l'un après l'autre, détachés du temps, sans lien de causalité, baignés dans une lumière transitionnelle. Le lit gagnait en splendeur et il commençait à me paraître impératif que nous y restions tous les deux à jamais.
Mais c'est le moment qu'elle choisit pour s'en aller.
Je crois qu'elle doit être à Paris, mais je ne suis pas sûr. Je n'ai pas eu de nouvelles.

Si j'étais un animal, je serais Baleine
Si j'étais une fleur, je serais Lotus
Si j'étais un parfum, je serais Flemme
Si j'étais un chiffre, je serais 7
Si j'étais une ville, je serais Paris
Si j'étais un élément, je serais Air
Si j'étais une phrase, je serais Pas le temps
Si j'étais une chanson, je serais Trop compliqué
Si j'étais un souvenir, je serais Aucune idée
Si j'étais un aliment, je serais Chocolat
Si j'étais un film, je serais Fish Tank, d'Andrea Arnold
Si j'étais un dieu, je serais Vishnu


Hors Jeu Pseudo : Victoria
Âge : 23
Présence : Fluctuante
Niveau de Rp :   Meilleur que le tien
Impressions sur le forum : Tro bo lalala
En Plus : Prout


Dernière édition par Victoria le Mar 20 Sep - 15:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Jules de La Rochefoucauld

Depuis mon arrivée à Paris le : 13/09/2016 , j'ai posté : 85 messages. Sinon, j'ai vu le jour le : 16/07/1989 j'ai donc : 28 ans. Aujourd'hui, je suis : d'humeur joyeuse . Mes occupations? Je suis actuellement : à la tête de ma propre société et j'habite : Paris VIIè.

VSD
Disponibilité pour les RPs: Non
Cercle Social:
Rendez-Vous Mondains:

MessageSujet: Re: Test Chrome Mar 20 Sep - 13:58

La bonne nouvelle, c'est que le générateur en lui-même marche :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Jamie St. Clair

Depuis mon arrivée à Paris le : 16/09/2016 , j'ai posté : 74

MessageSujet: Re: Test Chrome Mar 20 Sep - 14:19

il faut le tester sur tout les navigateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Test Chrome

Revenir en haut Aller en bas

Test Chrome

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Nouveau test de répartition
» Mélanie passe le test HIV (pv Guillaume et un autre médecin)
» Test : qui est ton idole...
» Le langage des fleurs... Petit test...
» Etes-vous attentifs aux autres ??? Petit test...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HERITAGE :: Introduction :: Etat Civil-